Kristel Anno

Choisir la vie et se recentrer !

Face à une situation, nous avons 2 possibilités : 
Choisir de voir ce qui va  bien… ou ce qui va mal…
Choisir de fixer notre attention vers ce qu’on gagne… ou vers ce qu’on perd…
Choisir d’orienter notre esprit vers la vie… ou la mort…

Cela fait maintenant un peu plus d’une semaine que nous sommes « confinés »… certains plus que d’autres…

L’actualité nous met dans un état de peur et nous vole notre énergie... Et plus on met de l’énergie sur le stress et la peur, plus on les alimente…

Or, nous savons que cet état de panique est néfaste pour nous… pour notre santé physique et émotionnelle…

Or, nous savons que la peur n’existe que dans le futur… Oui ! Lorsque nous avons peur, c’est toujours d’un danger, d’un événement que nous anticipons, mais qui n’existe pas encore… et qui n’existera peut-être jamais !

Le seul moment que nous pouvons vivre et sur lequel nous pouvons agir, c’est le moment présent ! Il est donc primordial, en cette période de stress et d’angoisse, de se recentrer sur soi et sur l’instant présent pour nous protéger et renouveler notre énergie. 

La respiration, la pleine conscience, le sport, la méditation sont autant de techniques à notre disposition pour y parvenir, pour fabriquer les anticorps biochimiques nécessaires à renforcer notre immunité. 

Très souvent…trop souvent, nous sommes gouvernés par notre mental. Ce mental peut nous jouer des tours et altérer notre vision des choses… Un peu comme si nous portions des lunettes teintées, qui modifierait la perception qu’on a de la réalité, tout en étant convaincus qu’il s’agit bien de la réalité….

Savez-vous que nous pouvons « duper » notre mental ? Parce que le cerveau ne fait pas la différence entre le réel et l’imaginaire... Ce qu’on imagine, ce qu’on anticipe, ce qu’on visualise, le cerveau croit que C’EST LA REALITE !

Alors... Si on choisissait de lui raconter une belle histoire ?

Lorsqu’on oriente notre mental vers ce qui se passe à l’extérieur, c’est la peur qui prend le contrôle de notre système interne. Se recentrer sur soi et se reconnecter à notre être intérieur, par contre, c’est reprendre la maîtrise de soi et vivre dans l’ici et maintenant.

Au-delà de la peur d’être malade… ou de mourir… Il y a une autre chose qui nous dérange… : Cette sensation d’être privé d’une partie de notre liberté !

Et pourtant… on peut encore faire un tas de choses ! Des choses qu’on a « oubliées »… Pris dans le rythme effréné de nos vies, on a oublié de se poser, de respirer, d’admirer, de s’extasier, de remercier…. Il nous est toujours possible de lire, se balader, écouter de la musique, écrire, dessiner, appeler un ami, jardiner, prendre soin de son intérieur… et de soi !

Dans cette période de confinement et de « privation », il y a une autre chose dont on dispose toujours… et qu’on ne pourra jamais nous enlever : c’est notre liberté de pensée ! 
Nous avons la capacité et la possibilité de nous remettre en question et de voir les choses sous une autre perspective !

Imaginez un peu combien la situation que l’on vit aujourd’hui aurait été différente si elle s’était déroulée en automne… ? Au moment où la nature s’endort tout doucement, les arbres perdent leurs feuilles, les oiseaux quittent nos régions, les journées raccourcissent, le temps d’exposition à la lumière diminue, la sève redescend et notre énergie retombe….

Aujourd’hui, la nature nous montre que la Vie est là et continue ! Les oiseaux sont de retour, les arbres bourgeonnent, les fleurs sortent de terre, les journées s’allongent… Et ce ciel ! Avez-vous vu ce ciel bleu qui nous accompagne et ce soleil qui brille depuis des jours ?!

Avec la prise de recul et une autre perception de la situation, nous pourrons mesurer et savourer toute la liberté qui est toujours la nôtre et tous les plaisirs simples qui sont là juste devant nous ! 

Alors qu’on avait pris l’habitude de courir, de zapper, d’avoir tout à portée de main en un seul clic, tout nous était accessible et acquis…
A force d’être hyper connecté au monde, on s’est déconnecté de soi… 
Aujourd’hui, nous avons la fantastique occasion de revenir à soi et à l’essentiel.

Puisque nous créons nos pensées, nous créons aussi notre réalité !

Alors… Si on choisissait de porter des lunettes qui illuminent notre réalité ? 

Si on choisissait de voir ce qui va bien plutôt que ce qui va mal ? 

Si on faisait la part des choses et qu’on choisissait d’entretenir un mental optimiste et confiant ? 

Si on choisissait d’être dans la gratitude plutôt que dans la peur ? 

Si on choisissait la vie plutôt que la mort ?


                           « La peur n’empêche pas de mourir… Elle empêche de vivre ! »
                                                                                                                             
                                                                                                               (Naguib Mahfouz)



2020-03-27