Kristel Anno
Voici les derniers articles :

Accueillir les moments de crises comme un cadeau ...

Je suis de plus en plus convaincue que rien n'arrive par hasard... et que tout a du sens dans notre histoire… 

Chaque rencontre que nous faisons, chaque événement que nous vivons, chaque difficulté que nous traversons sont là pour nous apprendre quelque chose de NOUS et nous faire grandir. 

En cela, la Vie est très  bien faite…  Aussi longtemps qu’on n’a pas compris ce qu’elle avait à nous dire, elle nous ramènera toujours des situations similaires, sous d’autres formes et dans d’autres contextes, mais toujours avec la même problématique à dépasser. 

Vous est-il déjà arrivé de vous dire « Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? C’est pas vrai, ça recommence encore ! C’est toujours les mêmes histoires qui se répètent ! »

Si vous pouvez décoder ces situations, voir leurs points communs et ce qu’elles vous amènent à « travailler », c’est alors que la « magie » opère et que vous pourrez passer à autre chose, vous alléger et évoluer.

Si, par contre, vous constatez une répétition du même genre de situations, il se peut que vous ayez adopté un mode de fonctionnement qui vous a été utile par le passé, mais qui n’est plus approprié à l’heure actuelle… Il est alors parfois nécessaire de faire appel à un professionnel qui, étant extérieur à la situation, pourra agir tel un miroir et vous faire prendre conscience de ces comportements inadéquats qui entretiennent toujours ces mêmes schémas de relation ou de fonctionnement. 

Je crois, au plus profond de moi, que chacune de ces expériences, aussi difficile et inconfortable soit-elle, peut être vue comme un « cadeau », comme une opportunité de remettre de l’ordre dans notre vie, de nous recentrer et de comprendre un « message » pour nous rapprocher toujours davantage de qui nous sommes vraiment et ne pas passer « à côté » de notre vie. Ressentir la souffrance est nécessaire et fait partie du processus. Chercher à l’éviter reviendrait à se priver de l’occasion d’évoluer.

Nous avons besoin de crises existentielles pour considérer en toute objectivité ce qui fait sens dans notre vie et éventuellement changer de direction. 

Remettre du sens, c’est …
•	S’assurer qu’on va dans la bonne DIRECTION, là où on a envie d’aller et là où c’est juste pour nous.
•	Clarifier la SIGNIFICATION de nos décisions et de nos actions.
•	Prendre conscience de ce qui met NOS SENS en éveil, ce qui nous fait nous sentir en vie (et envie).


Qu’on parle d’épuisement, de crise de la quarantaine, de burn out, ou de toute autre difficulté à vivre, ces moments sont précisément ceux où notre coeur et notre mental ne sont plus alignés, où on s’est « éloigné de soi-même» et de notre nature profonde, où on a perdu le sens de notre vie et ce qui nous fait vibrer.

Parfois, nos vies ont besoin d’être chamboulées et réorganisées pour nous remettre à l’endroit qui est juste et bon pour nous….

Ces moments peuvent alors être l’occasion de s’autoriser à s’arrêter et faire le point sur des questions que l’on ne s’est peut-être jamais posées : 
Qui suis-je ? 
De quoi ai-je envie ? 
De quoi ai-je besoin pour me sentir bien ? 
Qu’est-ce qui est important pour moi ? 
Quelles sont mes valeurs ?
Où sont mes priorités ?

Ces périodes inconfortables de remise en question sont parfois bien utiles pour amorcer un changement de cap, stopper ces répétitions et nous replacer là nous sommes censés être… alignés avec nos besoins, nos croyances et nos valeurs, pour accomplir notre « mission », réaliser ce pour quoi nous avons un talent et devenir la meilleure version de nous-mêmes.

Personnellement, je remercie la Vie d’avoir chamboulé mes plans, mon chemin que je pensais tout tracé, et de m’avoir remise à MA place, celle où je vibre, où je m’épanouis pleinement et où je me sens en VIE !

Je vous souhaite tous les bouleversements nécessaires pour comprendre qui vous êtes vraiment, ce qui fait sens pour vous et vivre la vie qui est la vôtre !

Et si vous aviez besoin d’un petit coup de pouce pour prendre du recul et y voir plus clair, je serai heureuse de vous accompagner à faire ce bout de chemin vers vous-mêmes…


                                                                                                                                   Kristel


« Accompagner quelqu’un ne consiste pas à le porter sur ses épaules, mais à lui apprendre à se servir de ses ailes » (S. Alandry)


Lire la suite

2022-03-18

Si nos émotions pouvaient parler...

Voici sans doute ce qu’elles nous diraient :

« Je suis l’exact résultat d’une blessure passée qui se manifeste indéfiniment au présent. 
Je suis là pour te rappeler ton chemin, ton histoire. 
Je te sers de guide, même quand tu penses que je suis de trop dans ta vie ; je suis là pour toi, parce que j’ai besoin de m’exprimer pour que tu m’entendes.
Je suis bienveillante, parce que je fais partie de toi.
Parfois, je te fais mal ; je te promets, c’est pour que tu m’écoutes. Mais s’il te plaît, ne me rejette pas. Tu peux m’apaiser, tu peux me calmer.
Il faut que tu acceptes que j’existe.
Ne cherche pas à me taire, ni à me faire déborder ; l’équilibre est notre voie à tous les deux.
C’est une aventure de toute une vie et je sais que pour toi, ça semble parfois insurmontable. Je te promets que tout ira bien. Accepte-moi et écoute-moi. Il y a tant de réponses que tu entendras déjà. 
Je suis l’exact résultat d’une blessure passée qui se manifeste indéfiniment au présent. Une blessure ne s’oublie pas. Elle se manifeste à des moments précis pour t’aider à faire la paix avec le passé, et je suis là pour te le rappeler, à chaque fois.
J’ai un amour pour toi inconditionnel ; aime-moi."     (Harmony Albertini)

Je reçois souvent en consultation des personnes qui voudraient apprendre à « gérer » leurs émotions… parce qu’elles les dérangent et les mettent parfois dans des situations embarrassantes. Souvent, cette demande pourrait être traduite par : « Apprenez-moi à ne plus montrer / ressentir mes émotions », ce qui voudrait aussi dire « les étouffer »… 

Et si, au lieu de « gérer » nos émotions, on apprenait à les comprendre…. ?

Emotion …........... E-motion

Les émotions sont de « l’énergie en mouvement » …, qui nous bouscule et parfois nous déborde.
Lorsqu’elles nous submergent, nous tentons tout ce qui est en notre pouvoir pour qu’elles ne puissent plus nous déranger… Car nous avons peur… : « Que va-t-il se passer si je laisse exploser ma colère ? », « Que vont penser les autres si je me mets à pleurer ? »,…
C’est alors que nous essayons de les maîtriser… parce que nous avons grandi dans une société où montrer ses émotions n’est pas « normal » ou pas toujours bien vu. Mais aucune émotion ne se laisse contrôler…et c’est tant mieux ! Parce que c’est grâce à elles que nous sommes humains et vivants. En les étouffant, on se coupe d’une part de nous-mêmes et de ce qui fait notre humanité.
 
Une émotion, ça ne se gère pas, ça s’accueille !
Car c’est elle qui, tel un voyant lumineux sur notre tableau de bord, nous indique que quelque chose n’est plus « en équilibre » à l’intérieur de nous et qu’il faut en prendre soin. Elle est là comme un signal d’alarme qui se déclenche pour nous dire : « Quelque chose ne va pas, pose-toi un instant et écoute-moi, parce que si tu n’écoutes pas ce que j’ai à te dire, je reviendrai frapper plus fort la prochaine fois ». 

L’émotion ne décrit pas la « réalité extérieure » ; elle est un signal de quelque chose qui fait écho à notre histoire…, ce qui explique qu’un même fait, une même situation seront vécus différemment en fonction de chaque personne et de son histoire.

L’émotion n’est ni bonne ni mauvaise en soi. Elle est plutôt un  « outil » qui vient nous dire qu’une de nos valeurs n’est pas respectée, qu’un de nos besoins n’est pas satisfait. Il y a là une occasion d’évoluer, de grandir, de guérir une plaie ouverte par le passé.

Alors... au lieu de vouloir « étouffer » votre émotion, lorsqu’elle arrive, remerciez-la, parce qu’elle est juste là pour que vous puissiez prendre conscience du fait que vous avez quelque chose à guérir à l’intérieur de vous, pour pouvoir ensuite être en paix et avancer. 

« Tout ce à quoi on résiste persiste et tout ce que l’on embrasse s’efface."    (Carl Gustav Jung)
 
Ecoutez votre émotion, laissez-là exister et s’exprimer, et découvrez son message profond :

* La joie renvoie au sentiment d’accomplissement et de plaisir

* La tristesse indique un sentiment de manque ou de perte. Les larmes sont là pour « nettoyer » et accueillir le renouveau.

* La colère renvoie au sentiment d’envahissement de notre territoire et nous avertit qu’une de nos valeurs est bafouée, qu’un de nos besoins n’est pas satisfait.

* L’angoisse est le messager de notre intuition pour nous dire que nous prenons peut-être le mauvais chemin.

* La culpabilité est le signe que nous gardons une loyauté inconsciente dont nous ne voulons plus.

* Quant à la peur, qui n’est qu’une construction de notre mental, elle nous indique qu’il y a un danger potentiel, bien souvent imaginé sur base de l’histoire qu’on se raconte… Préférons-lui l’Amour et la confiance en la Vie !

Maintenant que vous savez tout cela, la prochaine fois que vous ressentirez une émotion, ne tentez pas de l’étouffer ou  de la fuir. Acceptez qu’elle émerge, accueillez-la comme une amie et écoutez ce qu’elle a à vous dire. Donnez-lui la place qu’elle réclame, parce qu’elle vous permettra de savoir où vous en êtes, ce qui se passe en vous et ce que vous avez à faire. Lorsque vous pourrez l’identifier et comprendre le besoin qui lui est associé, vous constaterez qu’elle s’estompe petit à petit, parce qu’elle aura été entendue.

Vos émotions sont un cadeau ! Ecoutez-les, elles sont le baromètre de votre cœur.




Lire la suite

2022-02-02

Quel est le Verbe de ta vie ?

Vous êtes parfois en questionnement sur votre métier ? 
Vous sentez que vous n’êtes pas ou plus tout à fait épanoui dans ce que vous faites ? 
Il vous arrive de vous demander pourquoi vous lever le matin ? 
Quelque chose vous manque, mais vous ne savez pas quoi ?
Vous êtes en réflexion  - réorganisation – réorientation professionnelle ? 
Ou vous êtes complètement perdu et votre question est plutôt : « Que faire de ma vie ? »

Je vous partage ici une réflexion inspirée de la vision de Sarah Roubato (écrivain et anthropologue) et Pedro Correa (Docteur en Sciences Appliquées reconverti artiste photographe) …

« Quel est le Verbe de ma vie ? »… Vous êtes-vous déjà posé cette question ? 

Ne plus penser en terme de « métier », mais plutôt à ce qui vous fait vibrer… 
Voilà une réflexion intéressante lorsqu’il s’agit de remettre en perspective le choix d’une profession en particulier, ou un choix de vie de manière générale. 

L’époque où une formation spécifique menait à un métier précis qu’on exercerait toute sa vie est révolue. Aujourd’hui, il est fréquent que le parcours professionnel soit jalonné de différents chemins, de pauses, de détours, voire de virages à 180 degrés. 
Il n’y a pas de mauvais choix et rien n’est définitif. Il n’y a pas d’erreur, mais plutôt des expériences riches d’apprentissages. 

Alors pour savoir ce qui vous anime, demandez-vous : 
Quel est le verbe qui m’attire, qui me fait vibrer, qui me donne envie de me bouger ? 
Est-ce aider, transmettre, soigner, éduquer, partager, découvrir, construire, mettre en lien, organiser, chercher, inventer, exprimer, analyser, créer, protéger, défendre, … ? 

Sentez ce que vous dit votre corps.
Lorsque vous pensez à votre travail, ou lorsque vous avez un choix à faire, une décision à prendre : imaginez-vous en situation et observez vos sensations corporelles : Ressentez-vous des tensions musculaires, un nœud à l’estomac, une boule dans la gorge, ou d’autres symptômes physiques ? Ou au contraire vous sentez-vous léger, enthousiaste, plein d’énergie et d’envie d’aller de l’avant ? Sentez ce qui vous fait vibrer, ce qui vous procure des sensations agréables et dynamisantes.

Ecoutez également votre petite voix intérieure. Que vous dit-elle ? 
Elle vous parle tout bas et il faut y être attentif pour l’entendre, parce qu’elle est souvent étouffée par la voix du mental, la voix des « il faut / je dois ... », la voix qui juge et qui rabaisse au lieu de nous porter et de nous pousser vers nos vrais buts,... la voix qui nous dit  « Il faut travailler dur pour mériter », « On est là pour travailler, pas pour s’amuser », … au risque de se sentir fatigué, triste, démotivé, découragé,… au risque de s’épuiser … et de tomber malade. 

Saviez-vous qu’en Belgique (et c’est peut-être le cas dans d’autres pays européens), les dépenses liées au chômage sont moins importantes que celles liées aux maladies de longue durée, telle la dépression et le burn out ?! Cette situation ne fait que s’aggraver et alerte sur l’urgence de prendre en compte le bien-être au travail, les facteurs de risques, … mais aussi d’accompagner en amont à une meilleure connaissance de soi pour poser des choix qui font sens.

Trouver le verbe de sa vie, c’est trouver ce qui nous fait nous sentir vivant. 
Trouver le verbe de sa vie, c’est remettre de la joie et du sens au cœur de nos actions.
Trouver le verbe de sa vie, c’est s’assurer d’une vie pleine de joie, de plaisir et d’épanouissement. C’est pouvoir se lever chaque matin avec bonheur, être absorbé par sa tâche sans voir le temps passer et avoir la conviction d’accomplir sa « mission », ce qui fait sens pour nous, ce qui nous porte et nous fait nous sentir utile.

Ecoutez-vous et sentez ce qui vous anime ! Le monde a besoin de gens heureux !


« Rappelle-toi : L’unique personne qui t’accompagne toute ta vie, c’est toi-même ! Sois vivant dans tout ce que tu fais. » (Pablo Picasso)

Sources : 
Sarah Roubato : Trouve le verbe de ta vie : Une vidéo qui s’adresse aux adolescents, et qui est tout aussi pertinente pour les adultes en questionnement et recherche de sens. https://youtu.be/aY1et6mlSGo. 

Pédro Correa : Discours de remise des diplômes aux ingénieurs civils 2019 : https://youtu.be/uAE22c19EjU


Lire la suite

2022-02-02

Apprendre à s’écouter…Parce que prendre soin de soi n'est pas une option

Que faite-vous quand la batterie de votre téléphone est à plat ? Vous la rechargez !
Que faites-vous quand la batterie de votre ordinateur est à plat ? Vous la rechargez !
Que faites-vous quand la batterie de votre voiture est à plat ? Vous la rechargez ou vous la remplacez par une nouvelle ! 

Alors dites-moi… Quelle est la raison pour laquelle quand VOUS êtes à plat, vous continuez à lutter et à « survivre » sur la réserve ?
Pourquoi faut-il souvent un élément déclencheur, une goutte qui fait déborder le vase pour vous faire prendre conscience que vous êtes allé trop loin... parfois beaucoup trop loin ?

A force de nous laisser dominer par nos peurs, d’être sous l’emprise de pseudo contraintes et d’exigences de perfection, de nous laisser piloter par de fausses croyances …, nous nous déconnectons complètement de notre être intérieur, cette partie de nous qui sent, qui sait ce qui est juste pour nous, dans l’instant présent. On se met alors à fonctionner en mode « robot » pour atteindre des objectifs, obtenir des résultats, correspondre aux attentes, faire plaisir, être aimé et reconnu… et on devient « sourd » à nos besoins et à ce que nous dit notre corps, qui est alors parfois obligé de crier plus fort pour se faire entendre et nous imposer les limites que nous ne savons nous mettre nous-mêmes. 

L’épuisement, le burn out, ces « mal a dit » qui sont malheureusement de plus en plus fréquentes, proviennent précisément d’une lente et insidieuse déconnexion de nos sensations et de nos limites. Parfois, on n’a même pas conscience d’avoir dépassé nos limites… parce qu’on ne les sent tout simplement plus… Il est donc primordial d’apprendre ou de réapprendre à s’écouter et à sentir où on en est, physiquement, mentalement et émotionnellement.

Parce que j’aime les images, je reprendrai celle des batteries…
L’Homme étant riche de complexités et de potentialités, imaginons que nous soyons hyper équipés et que nous possédions 4 batteries : 

* La batterie émotionnelle, qui est celle qui va se (dé)charger en fonction des émotions qu’on est amené à vivre et à ressentir. 

* La batterie physique, qui se (dé)charge en fonction de notre activité physique. 

* La batterie intellectuelle, qui dépend des stimulations mentales. 

* Et enfin, la batterie spirituelle, qui fait référence à nos projets et envies. 

Ces batteries peuvent se décharger suite à trop ou trop peu de stimulations. Dans notre mode de vie, elles ne sont que rarement chargées à 100% tout le temps et en même temps. Le secret de la santé mentale et du bien-être réside plutôt dans l’équilibre et la conscience qu’on peut avoir de leur état de charge pour pouvoir les réguler et adapter notre comportement en cas de besoin. 
Si une batterie reste trop basse trop longtemps, les autres se videront également pour lui venir en aide et on risque alors de se retrouver dans le rouge de manière généralisée

Quelques repères sur l’état de charge de ces batteries :
* Une batterie est au vert et suffisamment chargée lorsqu’elle oscille entre 60 et 80%.

* Elle est dans l’orange quand elle se situe entre 30 et 60%. C’est alors le moment de faire le point sur les adaptations et changements qui s’imposent pour pouvoir la recharger.

* Elle est dans le rouge quand elle est soit en-dessous de 30%, soit au-dessus de 90%, ce qui est le cas de la personnalité à profil burn out, qui est très exigeante envers elle-même, perfectionniste, rarement satisfaite, et qui prend les choses très à cœur. Quand sa batterie est dans le rouge, elle l’épuise et fonctionne alors sur sa réserve. Or, tout comme la réserve d’une voiture doit permettre de faire les derniers kilomètres jusqu’à la station essence, notre réserve ne doit servir que dans les cas extrêmes, ni en continu, ni de manière récurrente, sous peine de ne plus pouvoir être rechargée. 

Et vous, dans quel état sont vos batteries ?

Abordons chacune d’elles, en faisant le point et en envisageant des pistes pour les recharger.

* Ma batterie émotionnelle : Comment va ma vie affective ?

Check : Cette batterie peut être en surcharge suite à trop d’émotions (agréables ou désagréables) … : Je viens d’acheter une maison, de signer mon premier contrat de travail et j’apprends que nous allons avoir un enfant, ou je viens d’apprendre la maladie d’une personne proche, de rater un examen et je suis en pleine séparation.

… ou être en sous-charge si je vis un « vide affectif », par manque d’émotions : Je suis dans un rythme métro-boulot-dodo et je me sens vide, j’ai l’impression que rien ne se passe dans ma vie.

Pistes : Dans le 1er cas, je peux faire une pause avec moi-même, faire des activités qui me changent les idées et qui me font du bien, côtoyer des personnes qui m’apaisent, m’offrir un moment de méditation ou de respiration en pleine conscience…

Dans le second cas, il est temps d’enrichir ma vie affective et de retrouver du plaisir dans mon quotidien : revoir des amis, susciter de nouvelles rencontres, me lancer dans de nouveaux projets qui m’animent, planifier une fête ou un voyage…


* Comment va ma santé physique ?

Check : Cette batterie peut être en surcharge suite à un trop plein d’activité physique combiné à un manque de repos : un bébé qui ne passe pas encore ses nuits, des heures passées à travailler sur un projet, un déménagement, des entraînements intensifs pour une compétition sportive… 

… ou en sous-charge, suite à trop de sédentarité : Je travaille depuis des semaines sur mon PC pour boucler un projet, je manque d’énergie à force de ne plus bouger…

Pistes : Dans le 1er cas, j’écoute mon corps, fatigué physiquement, qui me demande de ralentir. Je lui donne du repos, je veille à ne pas trop me dépenser, le temps de récupérer, et je m’autorise, par exemple, à faire une sieste ou à aller dormir plus tôt.

Dans le 2ème cas, il est grand temps de bouger et de me dépenser : aller au travail à pied ou à vélo, emprunter les escaliers plutôt que l’ascenseur, m’inscrire à un club de sport, travailler dans le jardin, danser, …

Remarque : Apprendre à s’écouter et se respecter, c’est aussi écouter son rythme biologique et le calquer sur celui de la nature. Alors qu’il est normal d’avoir un regain d’énergie au printemps, il est tout aussi naturel de ressentir une baisse en automne, de ralentir ses activités physiques et de se mettre en mode « hibernation » et cocooning.


* Comment va ma vie intellectuelle ?

Check : Cette batterie peut se décharger suite à trop d’effort ou de stress mental et conduire à ce qu’on appelle la « surcharge mentale » … : une période de blocus avant les examens, une formation intensive avant un nouveau job, un projet où je suis seul à tout organiser, penser et anticiper, …

… tandis qu’un manque de stimulation va également profondément décharger cette batterie : un travail hyper routinier et répétitif, une vie uniquement rythmée par les biberons et les langes, un manque de challenges, …

Pistes : Dans le 1er cas, je me coupe un maximum des sources de stimulation (notifications incessantes sur le téléphone, radio, télévision) et je privilégie des activités ressourçantes et relaxantes : bain de forêt, balade en nature, méditation, musique, lecture plaisir, …

Dans le second cas, je me lance dans une activité stimulante et enrichissante : reprendre une formation, apprendre une langue étrangère, suivre un cours d’informatique, choisir des lectures sur un thème qui m’intéresse, …


* Comment va ma vie spirituelle ? 

Check : Est-ce que ma vie a du sens pour moi ? 
Alors que trop de projets et de défis enthousiasmants vont nous épuiser… : Je n’aurai pas assez d’une vie pour faire tout ce que je voudrais, je brûle la chandelle par les 2 bouts, ma tête bouillonne d’idées et je suis sur 1000 projets à la fois, …

… nous nous sentirons tout autant épuisés dans une vie qui manque de sens : ça fait des années que je suis dans un job qui ne correspond pas ou plus à mes valeurs et qui est devenu juste « alimentaire », je suis dans une relation qui ne m’épanouit plus et où on ne partage plus rien, je me lève tous les matins en mode « robot » sans plus avoir ni projet ni envie, …

Pistes : Dans le 1er cas, il peut être nécessaire de faire des choix et de mettre des priorités, de déterminer un calendrier avec des échéances en me donnant davantage de temps pour réaliser toutes ces choses qui m’enthousiasment.

Dans le second cas, il est temps de m’arrêter un moment, de me recentrer et de faire le bilan pour reprendre la télécommande de ma vie : Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce qui est important pour moi ? Qu’est-ce qui me donnerait l’énergie et l’envie de me lever tous les matins ? Quelles sont mes valeurs ? Comment j’ai envie d’impacter le monde ? Quelle trace j’ai envie de laisser ? En résumé : Qu’est-ce qui fait sens pour moi ?

Très souvent, on remarque qu’une personne qui est en burn out est aussi en perte de sens. A trop vouloir être parfaite, faire les choses à fond, être forte, faire plaisir, vouloir correspondre aux attentes et prendre les choses très/trop à cœur, c’est comme si elle passait « à côté d'elle-même » et de l’essentiel. Et le moment où elle craque est précisément le moment où ce qu’elle fait n’est plus en accord avec qui elle est et ce dont elle a besoin. 
Tout l’intérêt de consulter et de se faire accompagner réside alors dans cette « parenthèse » qu’elle s’offre pour se retrouver, face à elle-même, et faire le point sur qui elle est vraiment, ce qui est essentiel POUR ELLE, sans plus tenir compte des attentes et pressions de l’extérieur, en ne donnant plus aucun pouvoir au regard des autres sur SA vie.

Vous avez maintenant les clés pour être vigilant et pleinement conscient de l’état de vos batteries.
 
Vous savez maintenant comment « sentir » où vous en êtes, comment prendre soin de votre fantastique « mécanique » et vous donner le carburant dont vous avez besoin pour avancer dans VOTRE vie !

Lire la suite

2021-03-23

La valeur du "Pourquoi"

Dans une majorité d’articles de Développement Personnel, on retrouve l’idée selon laquelle, au lieu de se demander « Pourquoi » (Pourquoi ça m’arrive ?), il serait beaucoup plus utile de se demander « Comment » (Comment faire autrement ?)… et je partage effectivement cette manière d’envisager les choses.

Le « POURQUOI» a néanmoins une importance capitale lorsqu’il s’agit de se reconnecter au SENS que les choses ont pour nous… Parce que c’est ce sens qui  nous donne toute notre énergie et nous permet de « tenir le coup » même dans les moments plus difficiles…

Pourquoi j’essaie d’arrêter de fumer ?
Pourquoi je m’astreins à faire ce régime ?
Pourquoi je travaille tant sur ce projet ?
Pourquoi je m’entraîne avec acharnement pour cette compétition ?
Pourquoi je voudrais gagner plus d’argent ?
Pourquoi je reste dans cette relation ?
Pourquoi je dis « oui » ?
Pourquoi je dis « non » ?

Prendre le temps de se poser la question du POURQUOI, c’est se donner l’occasion de faire le point, de se réaligner avec nos valeurs et nos besoins, et de  remettre du sens et de la conscience sur nos choix et nos actions.

Remettre du sens, c’est …
•	S’assurer qu’on va dans la bonne DIRECTION, là où on a envie d’aller et là où c’est juste pour nous.
•	Clarifier la SIGNIFICATION de nos décisions et de nos comportements.
•	Prendre conscience de ce qui met nos SENS  en éveil, ce qui nous fait nous sentir en vie (et envie).

Connaître notre POURQUOI nous permet de visualiser notre objectif et/ou notre besoin et de (re)trouver l’énergie et la motivation pour persévérer même dans les moments plus durs. Ce POURQUOI  est notre carburant, notre « Essence », ce qui nous met en mouvement et qui nous fait avancer.

Si vous ne connaissez pas votre POURQUOI, vous risquez de fonctionner comme une machine en mode « pilote automatique », sans but et sans plaisir, et de vous égarer peut-être sur un chemin qui n’est pas le vôtre... 

Si vous ne connaissez pas votre POURQUOI, vous risquez peut-être d’abandonner dans un moment de découragement, parce que vous aurez perdu… le SENS de ce que vous faites.

Par contre, lorsque vous connaissez votre POURQUOI, vous êtes prêt à donner le meilleur de vous-mêmes et à vous dépasser, même dans les moments plus creux. Vous êtes capable de vous accrocher, jusqu’à obtenir des résultats au-delà de vos espérances.

A une condition… Que ça ait du sens pour VOUS et non pour quelqu’un d’autre !

Alors….
Pourquoi faites-vous ce que vous faites ? 
Connaissez-vous la raison profonde qui vous anime ?

Pour aller creuser au plus profond de votre « essence », je vous propose un exercice très intéressant, qui sera d’autant plus puissant que vous le pousserez au plus loin du questionnement : je l’ai nommé « L’exercice du Pourquoi en cascade » : 

Prenez une affirmation et questionnez son pourquoi.
Ensuite, questionnez le pourquoi de la réponse obtenue et poursuivez ainsi aussi loin que vous le pouvez.
Vous obtiendrez ainsi la vraie raison de votre motivation et pourrez alors décider si vous choisissez de poursuivre dans cette direction ou non, en fonction du sens (ou du non-sens) que vous y aurez trouvé.

Exemple 1:  Je dois faire régime
=> Pourquoi ? Je voudrais perdre quelques kilos
=> Pourquoi ? Mon mari me trouve trop grosse
=> Pourquoi ? Il me préfèrerait dans une taille 38
=> Pourquoi ? Il serait plus fier de se promener à mon bras

                         => Je DOIS faire régime pour MON MARI.

Dans ce cas de figure, il y a de fortes chances pour que je vive ce régime comme une véritable contrainte, avec un fort sentiment de privation et que j’abandonne parce que je le ferais pour l’autre et non pour moi. 

Exemple 2 : Je dois faire régime
=> Pourquoi ? Je voudrais perdre quelques kilos
=> Pourquoi ? Pour me sentir mieux dans mon corps et pouvoir remettre des petites tenues qui me font envie
=> Pourquoi ? Pour me sentir plus belle, plus légère et plus à l’aise dans mon corps. Ce serait plus confortable et agréable pour moi

                 => J’ai ENVIE / BESOIN de faire régime parce que c’est important pour MOI.

Dans ce cas de figure, il y a de plus fortes chances pour que je tienne bon et que j’atteigne mon objectif, parce qu’il a du sens pour moi. Dans les moments plus difficiles, me rappeler mon POURQUOI m’aidera à ne pas lâcher et me permettra, à terme, d’être fière de moi.

Cet exercice est applicable à toutes les situations que vous vivez et toutes les décisions que vous prenez.

Alors…. Pourquoi faites-vous ce que vous faites ?

Prenez le temps de questionner vos "POURQUOI". Votre vie n’en sera que plus « juste », plus consciente, plus vivifiante et riche de sens !



Lire la suite

2020-07-23

Un virus bien plus dangereux que le Covid 19 !

                                    
« On a mis en évidence un danger encore plus virulent que le Coronavirus !

Tous les pays sont déjà touchés, tout le monde peut être porteur et avoir des symptômes sans s’en rendre compte : tremblements, transpiration excessive, difficulté à respirer, paralysie temporaire, capacités intellectuelles considérablement dégradées, système immunitaire attaqué, crises d’angoisses,…

Alors que tout le monde parle de ce virus venu de Chine, on oublie complètement de s’occuper de cette autre menace !

C’est un danger d’origine très ancienne, qui revient par vagues régulières et dont aucun médicament ne peut venir à bout.

Il a fait des millions de morts à plusieurs reprises au XXème siècle…

Il est très difficile de le contenir, car il apparaît depuis de nombreuses sources et sa vitesse de contagion détient le record jusqu’à présent.

Tous les moyens de communication ne font qu’empirer cette propagation, même si les gouvernements essaient de maîtriser les choses, c’est généralement l’effet inverse qui est observé.

L’incubation peut être très limitée, mais chaque fois que vous y êtes exposé, vous avez plus de chance d’être contaminé. » (Jean-Philippe, Eclaireur)

Si je vous partage cet extrait aujourd’hui, c’est parce que je constate en cette fin de semaine que ce danger ne fait qu’augmenter et qu’il a des répercussions de plus en plus négatives sur nos comportements…et sur notre santé !

Il est URGENT d’en prendre conscience, parce que les personnes qui sont « contaminées » par ce danger sont affaiblies, et par conséquent plus « vulnérables »… à tous les virus (et pas seulement le Covid 19) !

Vous aurez peut-être deviné de quel danger il s’agit…. C’est le virus de la PEUR ! La peur de tomber malade, la peur de mourir, la peur du contact avec l’autre, la peur de manquer de nourriture ou de médicaments,…


Qu’est-ce que la peur ? 

La peur est une de nos émotions de base… Et comme toutes nos émotions, elle joue un rôle et a un message à nous transmettre…

Quel est ce message ? La peur nous indique qu’il y a un danger potentiel…

Notre rôle ? Evaluer ce danger… Existe-t-il vraiment ? Et si oui, que je puis-je faire pour m’en protéger ? 

La peur est une émotion qui a été vitale et salvatrice pour l’Homme et les animaux il y  a des années… Aujourd’hui, on constate que l’Homme a de moins en moins de dangers « réels » auxquels il doit faire face… 

Aujourd’hui, on constate plutôt que l’Homme « crée » ses peurs !

Faites le test et observez-vous un instant….
Le plus souvent, nous avons peur de quelque chose qui n’existe pas … Nous avons peur de ce que nous anticipons, mais qui n’existe pas encore…et qui n’existera peut-être jamais !

Or, la seule chose sur laquelle nous pouvons agir, c’est sur l’instant présent et sur notre façon de réagir aux événements !

C’est plutôt une bonne nouvelle, non ? Parce que ça veut dire que nous avons du pouvoir ! Au lieu de se sentir « victime, passif et impuissant », NOUS POUVONS CHOISIR notre manière de percevoir les choses et d’y réagir !

Et aujourd’hui, il y a urgence de réagir différemment face à la « crise » que nous traversons, parce que la peur nous faire dire ou faire des choses qu’on qualifierait d’insensées en temps normal… 

Il y a urgence, parce que cette peur, au lieu de nous protéger, affaiblit notre système immunitaire. Il a été largement démontré que le stress et l’angoisse ont un réel impact négatif sur notre santé émotionnelle, intellectuelle, mais aussi physique !

La seule chose sur laquelle nous pouvons agir, c’est notre attitude ! 
Choisir de vivre dans la peur… ou choisir de prendre de la hauteur pour comprendre les événements actuels avec recul… (Pour cela, je vous invite à aller lire un autre texte que j’ai posté sur FB  vendredi 13 : https://www.facebook.com/kristelanno/posts/834686760383401?__tn__=K-R)

Il ne s’agit pas de mettre des ornières et de nier ce qui se passe à l’extérieur… Prenons les précautions nécessaires et évitons d’agir par peur. Cette période de confinement est peut-être une magnifique occasion de se « recentrer » sur soi… et sur les choses qui sont essentielles pour nous…. Arrêter de courir après le temps pour profiter juste de l’instant présent.

Et si vous êtes en manque d’idées, voici quelques pistes pour prendre soin de vous et booster votre immunité :

* Commencez par respirer !

* Ouvrez grands les yeux et les oreilles pour « regarder » (et pas juste voir) ce qui est présent autour de vous, là à l’instant présent. Nous avons la chance d’avoir le soleil et la lumière de retour, la nature qui s’éveille, les fleurs qui poussent, les arbres qui bourgeonnent, les oiseaux qui chantent,… Observez tout ça et émerveillez-vous de ce que la Vie nous offre ! La nature nous montre que la vie continue, qu’elle est belle et qu’on a le DEVOIR d’en prendre soin !

* Riez le plus souvent possible, c’est le meilleur antidépresseur. Gardez un moral optimiste, c’est un réel plus pour votre système immunitaire !

* Oxygénez-vous et prenez l’air en nature

* Profitez du temps qui vous est « imposé » pour vous « poser », réinvestir la maison (le nid familial), lire, jouer avec les enfants, écouter de la musique, danser

* Mangez sainement et dormez suffisamment

* Limitez l’exposition aux médias : choisissez vos sources d’informations et ne prenez que ce qui est utile pour vous


Alors maintenant… Rappelez-vous comment vous vous sentiez en lisant le début de cet article…et constatez comment vous vous sentez maintenant… Avez-vous toujours peur ? 

Concentrez-vous donc sur ce qui vous apporte du plaisir et de l’énergie ! 
Qu’est-ce qui vous met en joie ?

Laissez vos peurs de côté et VIVEZ !

Prenez soin de vous et des autres… en adoptant une attitude positive et responsable, en respectant les mesures de sécurité sans vous laisser contaminer par la peur. 

Ne mettez votre énergie que là où c’est utile et porteur… agissez là où vous pouvez le faire… maîtrisez vos pensées… et lâchez prise !


Lire la suite

2020-03-19

Choisir la vie et se recentrer !

Face à une situation, nous avons 2 possibilités : 
Choisir de voir ce qui va  bien… ou ce qui va mal…
Choisir de fixer notre attention vers ce qu’on gagne… ou vers ce qu’on perd…
Choisir d’orienter notre esprit vers la vie… ou la mort…

Cela fait maintenant un peu plus d’une semaine que nous sommes « confinés »… certains plus que d’autres…

L’actualité nous met dans un état de peur et nous vole notre énergie... Et plus on met de l’énergie sur le stress et la peur, plus on les alimente…

Or, nous savons que cet état de panique est néfaste pour nous… pour notre santé physique et émotionnelle…

Or, nous savons que la peur n’existe que dans le futur… Oui ! Lorsque nous avons peur, c’est toujours d’un danger, d’un événement que nous anticipons, mais qui n’existe pas encore… et qui n’existera peut-être jamais !

Le seul moment que nous pouvons vivre et sur lequel nous pouvons agir, c’est le moment présent ! Il est donc primordial, en cette période de stress et d’angoisse, de se recentrer sur soi et sur l’instant présent pour nous protéger et renouveler notre énergie. 

La respiration, la pleine conscience, le sport, la méditation sont autant de techniques à notre disposition pour y parvenir, pour fabriquer les anticorps biochimiques nécessaires à renforcer notre immunité. 

Très souvent…trop souvent, nous sommes gouvernés par notre mental. Ce mental peut nous jouer des tours et altérer notre vision des choses… Un peu comme si nous portions des lunettes teintées, qui modifierait la perception qu’on a de la réalité, tout en étant convaincus qu’il s’agit bien de la réalité….

Savez-vous que nous pouvons « duper » notre mental ? Parce que le cerveau ne fait pas la différence entre le réel et l’imaginaire... Ce qu’on imagine, ce qu’on anticipe, ce qu’on visualise, le cerveau croit que C’EST LA REALITE !

Alors... Si on choisissait de lui raconter une belle histoire ?

Lorsqu’on oriente notre mental vers ce qui se passe à l’extérieur, c’est la peur qui prend le contrôle de notre système interne. Se recentrer sur soi et se reconnecter à notre être intérieur, par contre, c’est reprendre la maîtrise de soi et vivre dans l’ici et maintenant.

Au-delà de la peur d’être malade… ou de mourir… Il y a une autre chose qui nous dérange… : Cette sensation d’être privé d’une partie de notre liberté !

Et pourtant… on peut encore faire un tas de choses ! Des choses qu’on a « oubliées »… Pris dans le rythme effréné de nos vies, on a oublié de se poser, de respirer, d’admirer, de s’extasier, de remercier…. Il nous est toujours possible de lire, se balader, écouter de la musique, écrire, dessiner, appeler un ami, jardiner, prendre soin de son intérieur… et de soi !

Dans cette période de confinement et de « privation », il y a une autre chose dont on dispose toujours… et qu’on ne pourra jamais nous enlever : c’est notre liberté de pensée ! 
Nous avons la capacité et la possibilité de nous remettre en question et de voir les choses sous une autre perspective !

Imaginez un peu combien la situation que l’on vit aujourd’hui aurait été différente si elle s’était déroulée en automne… ? Au moment où la nature s’endort tout doucement, les arbres perdent leurs feuilles, les oiseaux quittent nos régions, les journées raccourcissent, le temps d’exposition à la lumière diminue, la sève redescend et notre énergie retombe….

Aujourd’hui, la nature nous montre que la Vie est là et continue ! Les oiseaux sont de retour, les arbres bourgeonnent, les fleurs sortent de terre, les journées s’allongent… Et ce ciel ! Avez-vous vu ce ciel bleu qui nous accompagne et ce soleil qui brille depuis des jours ?!

Avec la prise de recul et une autre perception de la situation, nous pourrons mesurer et savourer toute la liberté qui est toujours la nôtre et tous les plaisirs simples qui sont là juste devant nous ! 

Alors qu’on avait pris l’habitude de courir, de zapper, d’avoir tout à portée de main en un seul clic, tout nous était accessible et acquis…
A force d’être hyper connecté au monde, on s’est déconnecté de soi… 
Aujourd’hui, nous avons la fantastique occasion de revenir à soi et à l’essentiel.

Puisque nous créons nos pensées, nous créons aussi notre réalité !

Alors… Si on choisissait de porter des lunettes qui illuminent notre réalité ? 

Si on choisissait de voir ce qui va bien plutôt que ce qui va mal ? 

Si on faisait la part des choses et qu’on choisissait d’entretenir un mental optimiste et confiant ? 

Si on choisissait d’être dans la gratitude plutôt que dans la peur ? 

Si on choisissait la vie plutôt que la mort ?


                           « La peur n’empêche pas de mourir… Elle empêche de vivre ! »
                                                                                                                             
                                                                                                               (Naguib Mahfouz)


Lire la suite

2020-03-17